Les 4 corps qui reposent dans la crypte de Marimont

  1. Le 9 janvier 1830 leur fils unique, Anselme-Stanislas-Firmin-Léon JANKOVITZ, docteur en droit, lieutenant de louveterie à peine âgé de 24 ans a, dans une chasse aux loups , le genou fracassé par une balle de son fusil, le coup étant parti inopinément au moment où il remontait à cheval. Il meurt dans d’atroces souffrances le 22 janvier au Château de Marimont. Il est en premier enterré au cimetière du village Bourdonnay.
    La perte douloureuse de son fils décida le baron à élever une chapelle funéraire sur l’emplacement du vieux château. Elle fut élevée sur l’une de ses tours vers 1843.
    Quand les restes d’Anselme seront transférés en 1847 du cimetière de Bourdonnay au caveau de famille, toute la population sera là, abandonnant ses travaux, se pressant en masse sur le passage du convoi pour jeter sur son cercueil des fleurs et des couronnes
  2. Marie-Anne Falconet née Collot née à Paris 1748 dans des conditions très obscures. Elle a perdu tôt sa mère et son père ne s'occupait que très peu d'elle, et l'avait presque délaissée ...A 15 ans elle pose comme modèle dans l'atelier du sculpteur Jean-Baptiste II Lemoyne à Paris.. Puis devient l’élève d’Etienne Maurice FALCONET Marie Anne, sculptrice de renommée Internationale, ,elle est connue pour ses portraits sculptés et fut une proche des cercles philosophiques et artistiques de VOLTAIRE, Denis Diderot et de Catherine II de Russie. A Saint Pétersbourg, , elle épouse le fils de son maître, Pierre Etienne FALCONET le 27 juillet 1777, mais le mariage ne dura que 3 mois. Sa file Marie Lucie « Machinka » naît   en 1778 à Saint Pétersbourg,
    cheval de bronze  portrait de Catherine II
    Étienne FalconetStatue équestre de Pierre Ier, dite Le Cavalier de bronze, à Saint-Pétersbourg, dont Marie-Anne Collot sculpta le modèle de la tête. Portrait de Catherine II (1768), musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg. Par Marie-Anne Collot
    Marie-Anne Collot achète en 1791 le domaine de Marimont (commune de BourdonnayMoselle), où elle se retire et mène une vie paisible. Elle est morte à Nancy le 24 février 1821, elle est enterrée à la crypte funéraire..de Marimont.
  3. Le Baron Antoine-Stanislas-Nicolas-Pierre-Fourrier   DE JANKOVITZ DE  JESZENICZE naît le 7 juillet 1763 à lunéville, son parrain est Stanislas Leszczynski   et a pour marraine la Comtesse Thérèse Ossolinska, belle fille de Stanislas Leszczynski. Son père Joseph JANKOWITZ est l’intendant du « Grand Maître » Ossolinski, intendant de Stanislas Leszczynski. Arrivé à lunéville, il prend le nom de Baron De JANKOVITZ. Son épouse Anne Krotunska a 9 ans, Joseph JANKOVITZ, 31ans.
    L’un et l’autre acquièrent la « naturalité » lorraine en 1752 et se marient en août 1759 . Anne décède à lunéville en janvier 1756, il lui survivra de peu car il décédera à la Malgrange(Nancy) en juillet de la même année. Anne sera enterrée dans la Chapelle de Romécourt (commune Azoudange, 57)   Le couple a un fils, Anselme-Stanislas-Firmin-Léon Après des études de droit, il sert quelques années dans un régiment d’infanterie et, à la Révolution, fait partie de la municipalité de lunéville où il commandera par la suite la Garde Nationale. Il se démet toutefois de toute fonction publique lors de la chute de la monarchie. En 1792, à lunéville, il épouse Marie Lucie FALCONET, fille de Marie Anne COLLOT. En l’an XIII (1804) le Préfet note déjà qu’il est « doué d’excellentes qualités morales et politiques », qu’il s’occupe d’expériences d’agriculture, et estime sa fortune à 400 000 F (francs or !). Ami de l’ordre et des lois, il est élu conseiller général de 1806 à 1830 puis député de la Meurthe de 1820 à 1830 (Collège électoral de Château-Salins). Citoyen sage, Jankovitz vote pour toutes les mesures propres à améliorer l’administration générale et à apaiser les passions politiques . Il remplit également, par intérim, les fonctions de préfet du département de la meurthe. Satisfait de ses services et de son dévouement, Louis XVIII lui accorde, par ordonnance du 20 Janvier 1820, le titre de Baron, titre qu’il avait perdu lors de la Révolution Française. Le Baron décède en 1847 à Versailles et rejoint son fils dans la crypte de la chapelle qu’il a fait construire pour lui. Il y rejoint également sa belle-mère, Marie-Anne Falconet, née Collot.
  4. Marie Lucie FALCONET, née en 1778 à Saint Pétersbourg, épouse en 1792 le Baron Jankovitz. A Marimont elle gère l’immense Domaine agricole qui comptera plus tard jusqu’à 752 hectares. A partir de 1832, le Domaine est tenu par 4 fermiers. Leur fils unique Anselme étant décédé, le couple se rend en Pologne afin d’adopter un neveu, Vincent-Ferdinand-Joseph Jankowitz, en 1842 à Versailles où réside le couple adoptif. Il prend le nom de  Baron de JANKOVITZ . En 1846, il épouse à Versailles, Louise-Simone-Félicie de Vaulchier du Deschaux, fille d’un ancien préfet et ex-directeur général des postes.
    La baronne Marie Lucie DE JANKOVITZ décède à Versailles en 1866. Elle repose dans le crypte de Marimont.
    Le couple Vincent et Louise Simone De JANKOVITZ reposent au cimetière de Bourdonnay, dans la tombe qui avait était faite pour Anselme-Stanislas-Firmin-Léon JANKOVITZ.

    monument1  monument2 

    Tombe de Vincent et Louise Simon De JANKOVITZ

     monument3  monument4

    La Chapelle



    Le couple Vincent et Louise de JANKOVITZ ont eu 2 enfants. :
  • Marie, née en 1847, unit son destin à Dieu tout en restant proche des hommes, notamment des plus défavorisés : elle est religieuse hospitalière à Besançon et termine sa vie chez les sœurs visitandines à Orléans où elle meurt en 1927.
  • Stanislas, son frère cadet, né en 1852, héritier du domaine, choisit le métier des armes. Engagé volontaire, il est lieutenant de dragons de France quand survient la débâcle de 1870…Il épouse ? et demeurent à Besançon.

Une descendante JANKOVITZ, Mme MARDUEL , Mme née JANKOVITZ Marie Laure née le 07 juin 1937 à Neuilly 92, est adhérente à notre association.    

Mme MARDUEL/JANKOVITZ, avait donné plusieurs testaments de donations des Barons JANKOVITZ, au Maire de la Commune Mr Gilbert PICARD.